jeudi 22 septembre 2016

Bilan Lecture #1


La mi-septembre est arrivée et mon tas d'achats en mangas s'est agrandi sans que je ne le remarque ! Arrivée à cette période du mois j'en suis donc réduite à un choix cornélien : ou j'attends vraiment la fin du mois au risque de faire une vidéo Bilan Lecture spéciale mangas qui fait trente bonnes minutes (au risque de vous perdre sur le long chemin de mes présentations) ou je faisais mon bilan maintenant en me réservant le droit de ne présenter que certaines lectures.

Et ben comme c'est mon blog et ma chaîne littéraire je fais un peu ce que je veux donc voilà (na!) j'ai décidé de suivre la voix de la raison et de m'en tenir au deuxième choix. 

Me voilà donc avec un premier Bilan Lecture pour ce petit bébé blog qui, je l'espère, vous amusera ! 

Les Shôjos 





- Telle que tu es ! 4 & 5, de Kaname Hirama, éditions Kana : Suivant l'évolution de la romance entre Tsumugi la ronde et Tagami le fan de rondes, on retrouve avec plaisir notre petit couple qui apprend toujours à se connaître, à évoluer et à forger "le respect" auprès de leur proche avec leur couple atypique. Dans ce quatrième tome, on fait la connaissance d'Akane, une nouvelle lycéenne ronde également qui prend notre héroïne pour modèle et lui demande de la prendre comme élève. Tsumugi est toujours aussi souriante et serviable, Tagami est toujours aussi attentionné à sa manière (et légèrement dans la lune). L'histoire se suit gentiment, et c'est un vrai petit bonheur à lire !

- Say I Love You 6 & 7, de Kanae Hazuki, éditions Pika : J'aime toujours autant ce manga. D'abord parce qu'il change un peu des romances habituelles, on n'a pas de grands yeux amourachés ni de trames de cœurs en veux-tu en voilà ! Le couple que forme Mei et Yamato est un couple naturel, plein de tendresse, de timidité et se calme qui nous détend. J'aime également le fait que d'autres thèmes soient abordés comme le harcèlement scolaire pour Mei, la solitude ou encore l'envie de vengeance avec le meilleur ami de Yamato sans pour autant faire disparaître l'histoire d'amour. Contrairement à d'autres shôjos ici les thèmes sérieux mènent à la réflexion et ne sont pas tout de suite oubliés. On a des personnages réalistes et une histoire d'adolescents bien construite. C'est juste génial !

Les Shônens



- Love x Dilemma 3, de Kei Sagusa, éditions Delcourt-Tonkam : J'avais découvert Kei Sagusa avec sa précédente série, Good Ending aux éditions Kana. Et j'avais aimé cette histoire d'amour vu du point de vue d'un garçon. Ici, on reprend la même idée: romance by mec et ça marche toujours aussi bien. Le personnage de Natsuo, héros malgré lui, est touchant, sincère dans ses sentiments et dans ses relations avec les jolies filles qui l'entoure, et surtout a un petit côté sensible avec ses idées de romans qu'il écrit seul en cachette. L'histoire se suit et quelques rebondissements donnent envie de soutenir le pauvre Natsuo qui en voit de toutes les couleurs ! Un très bon tome qui donne très envie de lire la suite ! Viite, ayez pitié ! 

- Prisoner & Paper Plane 3 de Saki Akamura & Nekoromin@Shujin : Je suis assez mitigée concernant cette fin de série. J'ai aimé retrouver mes Vocaloids (chanteurs virtuels, viens donc jeter un coup d'oeil ici pour mieux comprendre) préférés à savoir Ren et Lin Kagamine. Mais d'un autre côté quelques couacs m'ont gâché ma lecture, à mon grand regret. J'ai beaucoup de mal avec les dessins que je trouve trop caricaturaux (cheveux filasses, grands yeux, visage triangulaire...) mais surtout avec les éléments rajoutés à l'histoire d'origine (qui est une chanson avec une histoire simple mais suffisante à mon sens) qui, arrivé à la fin de l'histoire, n'apportaient rien, si ce n'est du stress au lecteur tant l'ambiance est torturée dans ce manga. Ce n'est pas un manga qui marque dans le bon sens, malheureusement mais je suis quand même contente d'avoir pu le lire et j'espère que les éditions Komikku auront la bonne idée de publier d'autres titres reprenant les chansons des Vocaloids. 

- Anus Beauté 1 & 2, de Takeshi Ohmi, éditions Kurokawa : Ce manga très drôle avait fait parlé de lui en début d'année. Comment ! Une romance sur fond d’hémorroïdes ! Mais quelle idée saugrenue ! Et pourtant, malgré le thème abordé et l'angle choisi, ça marche plutôt bien. On rigole des mésaventures du héros, on apprend des choses sur la nature humaine (même si ne cherchait pas vraiment à en savoir plus) et on se demande si le héros réussira à "pécho" la jolie fille qui fait battre son coeur. Une lecture divertissante qui se lit assez facilement, deux tomes sont largement suffisant pour amuser le lecteur curieux ! 

Les Seinens




- Père & Fils 3, de Mi Tagawa, éditions Ki-oon : Vrai coup de coeur pour moi avec les deux premiers tomes, le troisième ne m'a pas déçu. On retrouve Torakichi et son jeune fils qui ont terminé leur tournée annuelle à travers tout le pays et qui rentre pour les fêtes dans leur famille. Ce tome 3 est une sorte de retour aux sources, on découvre la famille des héros, leurs amis et le lieu de vie de la défunte épouse de Torakichi qui apporte encore un peu de bonheur autour d'elle. Vrai moment de repos pour les héros et pour le lecteur, ce tome 3 est tout aussi calme, touchant et émouvant que les tomes précédents. Un vrai régal pour ceux qui aiment voir l'évolution d'un lien fort entre un père maladroit et son fils timide

- Assassins 1, de Hirohisa Sato, éditions Komikku : J'attendais la sortie de ce premier tome avec grande impatience, alléchée par la publicité qu'en faisait l'éditeur via les réseaux sociaux. Et je n'ai pas été déçue ! On découvre l'histoire tragique de Jinsuke, dix ans, qui perd père et mère suite à un secret révélé qui doit visiblement resté caché pour des hommes importants. Sauvé in extremis par sa jeune voisine, Mademoiselle Suzuki, une tueuse à gage, il va devoir fuir pour sauver sa peau en compagnie de cette femme étrange qui le prend sous son aile. Avec un style graphique simple mais beau et une histoire haletante, ce premier tome sème des indices sans pour autant nous révéler la fin et nous fait poser beaucoup de questions, notamment sur la relation étrange qui lie Suzuki et Jinsuke. La tueuse à gage va-t-elle réussir à sauver le garçon sans que celui-ci ne tombe avec elle dans son monde sanglant ? Rien n'est moins sûr. En tout cas, j'ai hââââte que le tome 2 sorte, je n'en peux plus d'attendre ! 

- Bride Stories 7 & 8, de Kaoru Mori, éditions Ki-oon : J'avais découvert l'auteur avec sa série Emma qui se déroulait à Londres au XIXe siècle. Même époque mais lieu différent puisque cette fois on se retrouve sur la route de la Soie. Toujours aussi beau, intéressant et prenant, ces tomes 7 et 8 nous plonge à la fois sur la route de Perse avec de nouvelles coutumes, de nouveaux personnages et de nouvelles histoires mais nous permet également de retrouver notre charmante héroïne Amir qui héberge sa meilleure amie suite à l'incendie de la maison de cette dernière. Bride Stories ça ne se lit pas, ça se dévore. Et même si les tomes mettent du temps à venir, on est toujours heureux de continuer cette aventure historique passionnante ! 

Le Yaoï


- Kuroneko - La Tourmente (hors-série) de Aya Sakyo, éditions Taifu Mangas : Pour les petits nouveaux qui ne connaissent pas, la série Kuroneko relate une histoire d'amour torride entre Shingo, un jeune homme qui peut se métamorphoser en chat et Kagami, un acteur très en vue qui lui se change en léopard. Dans ce hors-série, La Tourmente, on découvre l'histoire d'amour interdite entre l'aîné de la famille Kagami, Yûjin et son fidèle secrétaire/homme à tout faire/garde du corps/etc., Takamizawa, ami d'enfance mais également amant. Problème : Takamizawa doit répondre aux exigences de sa famille et va bientôt se marier. A Yûjin de mettre son orgueil de côté si il veut garder son amant à ses côtés. Je conseillerais cet hors-série surtout aux personnes qui connaissent déjà Kuroneko ou qui en ont entendu parler. Ce tome se situant entre les tomes 3 et 4, les lecteurs non-avertis risquent de se perdre. Mais ça reste une très bonne lecture !



Et voilà, ce bilan fut long mais plein de bonnes découvertes, de suites alléchantes et d'histoires prenantes. Je vous dis au mois prochain pour le nouveau bilan lecture ! ;) 

jeudi 1 septembre 2016

Innocent, sanglant et romantique

auteur : Shinichi Sakamoto
éditeur : Delcourt-Tonkam
Lecteurs avertis (sexe, sang, torture, mort) !

Série en cours (7 tomes disponibles).

Quatrième de couverture : Le XVIIIe siècle est le siècle des Lumières et de la Révolution française sur lequel repose notre société actuelle. Acteur et témoin privilégié de cette période mouvementée, Charles-Henri Sanson, exécuteur des hautes oeuvres de Paris, nous entraîne au long de sa cruelle existence dans une grande fresque historique. 

Mon Avis ? 

La nouvelle série de Shin'ichi Sakamoto est bien loin des hautes montagnes d'Ascension, pourtant la passion est bien présente et le sang des lecteurs sa glace lors de la découverte des planches du mangaka, il est question une fois encore de haute voltige... mais historique cette fois.

Innocent retrace la vie de Charles-Henri Sanson, fils aîné de la lignée des bourreaux du Roi de France et héritier légitime du titre. La grande histoire rencontre la petite. On découvre le triste et pieux Charles-Henri à la veille de son adolescence, alors qu'il a été encore une fois rejeté par une école où le sombre nom de sa famille donne des sueurs froides aux gens. Les Sanson sont respectés, craints mais surtout mis au banc de la société par tous. Ils sont sinistres, ont les dit cannibales et surtout, tous se pressent pour les voir mettre à mort les condamnés. Obligé lui aussi de devenir un meurtrier au nom du pouvoir royal, Charles-Henri tente de fuir sa destiné, au risque de subir lui aussi les tortures soumises aux prisonniers...

Beau, cruel et philosophique, Innocent noue les estomacs et fait réfléchir sur la nécessité de suivre une voie toute tracée qui nous répugne. Sommes-nous obligé d'accomplir ce qu'on attend de nous et si oui, n'y a-t-il qu'une seule manière de faire face ? Charles-Henri et sa jeune soeur, Marie-Josèphe sont deux personnages qui se retrouvent confrontés à un rôle qui ne leur convient pas selon les normes de leur famille. Le premier est trop fragile, la seconde est une femme. Pourtant, Charles-Henri devra porter le titre de bourreau de Paris pour toute sa lignée et Marie-Josèphe est aussi efficace et glaciale que son épée.

Soulignée par un style réaliste où le clair et l'obscure se mêlent pour donner des planches somptueuses, l'histoire est haletante et le lecteur est sans cesse pousser dans ses retranchements, soit en étant placé devant des mises à mort plus difficiles à regarder les unes que les autres, soit en partageant les réflexions des personnages qui remettent sans cesse leur monde en question. Avec le point de vue des bourreaux, l'auteur donne à ses lecteurs une vision très froide d'une société où tous les excès sont bons pour plaire aux grands. Mais même parmi les plus chanceux de cette hiérarchie, on trouve des malheureux et des rêveurs...